vendredi 28 octobre 2011

où tout commence


Maintenant que j'y étais, cela me flanquais la pétoche. C'était la bonne adresse, aucun doute là-dessus. J'étais tout aussi certain du moment: le 6 juillet 2011 à 14 heures.
Le bon lieu… le bon moment… Aucune idée de qui ou quoi. Cela ne m’inquiétait pas: j’étais convaincu depuis plusieurs semaines que cela ne faisait pas partie de l’énigme : c’en était l’objectif, la résolution. Ce rendez-vous fantôme, il m’avait fallu des mois pour l’obtenir… le découvrir. J'avais cherché, reniflé, et finalement déniché l'insoupçonnable, avec force, persévérance, intuition, technique, logique... et un zeste non négligeable de chance. Des mois d’enquête, de recherches, à suivre plus de vrai fausses vraies pistes que de vraies fausses pistes ou encore de fausses vraies fausses pistes... Tout ce fatras d’indices et de faux était tellement construit et compliqué que statistiquement ce ne pouvait être le fruit du hasard. Au début j’avais pensé que cette annonce bizarre ne cachait qu’un jeu. C’est très vite devenu un casse- tête de tous les diables, une énigme fantastique, qui avait mobilisé la quasi-totalité de mes ressources : du temps, de l’argent, des connaissances culturelles, philosophiques, sociales, mathématiques, scientifiques, économiques, politiques.
Le plus étrange –et c’est ce qui m’avait attiré initialement-, c’est qu’il m’avait fallu rassembler autant de connaissances sur la totalité de la planète. Macro économie, macro politique, psycho histoire, géologie, démographie, économie planétaires, j’en passe et des meilleures. Cette énigme, dont j’allais connaître le fin mot dans quelques minutes, n’était vraiment pas à la portée de tout le monde… J’avais failli abandonner. Heureusement, 3 jours plus tôt,  alors que je me retrouvais pour la centième fois dans une impasse, le puzzle m’apparut complet dans mon sommeil. Comme dans un remake d’Alice au pays des merveilles, les pièces que je pensais avoir bien placées volèrent dans tous les sens. Impuissant j’avais contemplé avec horreur la tornade éparpiller mes notes, des mois de recherches… Puis une pièce se replaça sur le bord du cadre en bois, une autre de l’autre côté, puis une autre, encore un autre… Le contour du puzzle se dessinait, les indices s’emboitaient selon une séquence que je n’avais jamais envisagée ; je ne l’avais pas explorée, trop peu probable, trop absurde même … Pourtant… Au fur et à mesure que  le puzzle se complétait ma certitude de la résolution augmentait alors que ma certitude du doute déclinait. Quand le dernier morceau s’inséra parfaitement dans la trame, la tornade disparut. Comme le chat d’Alice dans le pays pas si merveilleux de Manhattan, j'avais trouvé. J’étais éveillé, et je n’en croyais pas ni mon esprit, ni la réalité de ce que je venais de découvrir. J’étais passé juste à coté tellement souvent…. Celui, celle, l’organisation qui avait conçu cette chasse au trésor était diabolique, ou pervers, ou les deux en même temps !!! Enfin, j’avais découvert la solution, et j’étais fin prêt à aller à ce rendez-vous avec… L’inconnu

.http://fr.calameo.com/books/0008224278745455a0bb6
http://fr.calameo.com/books/0007360554c5ccf021b7a
http://herbert.fickard.com/2011/11/shadowmaster-2.html